ne vous trompez plus grâce à notre exemple bilan prévisionnel VTC

Exemple Bilan Prévisionnel VTC [Ne faites plus d’erreurs]

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp

Envisager la création d’une entreprise de VTC sans au préalable établir un prévisionnel n’est pas du tout conseillé. Pour une réussite entrepreneuriale, il est fondamental d’établir un business plan viable, solide et susceptible de générer de bénéfices mais aussi et surtout, de budgétiser les investissements et les dépenses. Grâce a notre exemple de bilan prévisionnel VTC vous comprendrez mieux les éléments important à y faire apparaître.

A quoi sert un bilan prévisionnel VTC ?

Devant être inclus dans un business plan bien rédigé, le bilan prévisionnel en est la partie comptable qui définit les coûts de réalisation de votre projet de création d’entreprise VTC. Le bilan prévisionnel VTC a donc pour objectif de vérifier, ne serait-ce que sur papier, la viabilité financière de votre projet d’entreprise. Bien élaboré, ce prévisionnel s’assurera à l’aide des chiffres bien fournis et détaillés de la rentabilité de la future société VTC.

Il est clair que le bilan prévisionnel évaluera dans les moindres détails les besoins financiers dont il faudra disposer au lancement de son entreprise VTC et surtout pour permettre le fonctionnement de celle-ci sur au moins, les 3 premiers mois de son existence.

Mieux, le prévisionnel aide l’entrepreneur porteur de l’idée à convaincre d’autres associés ou partenaires à s’investir tant matériellement que financièrement dans cette aventure. D’ailleurs, il vous sera exigé par les banques ou les organismes financiers auprès desquels vous pourriez demander un prêt.

En définitive, le bilan prévisionnel VTC vous aide à estimer votre chiffre d’affaires et votre situation financière future tant en investissements, en dépenses et en bénéfices.

Envie de propulser votre activité ?

Cliquez sur le bouton ▶︎▶︎


Que doit contenir un bilan prévisionnel VTC ?

Élaboré après une minutieuse étude de marché, le bilan prévisionnel doit contenir une énumération avec estimation financière du coût des besoins matériels en début d’entreprise puis pour le développement et l’expansion de votre société. Dans le cadre d’une entreprise VTC, il est important d’intégrer dans votre prévisionnel les aspects suivants :

  • Le chiffre d’affaires prévisionnel
  • Les investissements prévisionnels   
  • Les financements prévisionnels    
  • Les frais généraux prévisionnels    
  • Les salaires et charges sociales prévisionnels    
  • Les impôts et taxes prévisionnels    
  • Les tableaux financiers prévisionnels importants     

Exemple de bilan prévisionnel VTC : votre chiffre d’affaires prévisionnel

Estimer son chiffre d’affaires prévisionnel est la chose la plus difficile à faire, surtout dans le cadre d’une structure de VTC. En effet, il est difficile, mais pas impossible, de prédire le nombre de personnes qui pourront solliciter vos service.

Cependant, avec une étude de marché approfondie, on peut faire une estimation du nombre de sollicitations de l’entreprise par les clients. En fonction de l’estimation faite et surtout et en prenant en compte le plan tarifaire défini par l’entreprise VTC, le chiffre d’affaires prévisionnel peut être connu.

Pour faire une bonne estimation de votre chiffre d’affaires prévisionnel VTC, il est indispensable de tenir compte des ratios moyens qui vous permettront d’atteindre votre objectif. Pour une entreprise viable, vous devez tenir compte du retour sur investissement afin de vous définir un seuil minimum de chiffre d’affaires à atteindre.

Exemple bilan prévisionnel VTC : vos investissements prévisionnels

Les véhicules sont les investissements majeurs à faire par une entreprise de VTC. Neuve ou d’occasion, achetée ou louée ou même prise en crédit-bail, la voiture est le socle sur lequel repose votre activité de VTC. Ainsi, quel que soit votre choix, l’enregistrement de cet investissement dans votre prévisionnel obéit à quelques particularités.

Cas où le véhicule est directement acheté par l’entreprise VTC

Selon l’état du véhicule à acheter, on a différents principes applicables :

  • Lorsque le véhicule est neuf : Il doit être budgétisé dans les immobilisations ou les investissements, et ce, à l’actif du bilan et son plan d’amortissement sur une période 5 années doit être prévu.
  • Lorsque le véhicule est pris en occasion : Il est obligatoirement budgétisé dans les investissements et un plan d’amortissement sur une période de 3 ans généralement doit être prévu.

Dans le plan de trésorerie prévisionnel, le décaissement du montant d’achat du véhicule doit être transcrit, et ce, à la date d’achat de celui-ci. Signalons au passage que les amortissements constituant une charge figurant dans le compte de résultats prévisionnel, ils ne doivent faire l’objet d’aucun décaissement de trésorerie.

Cas où le véhicule est acquis en location ou en crédit-bail par l’entreprise VTC

Les redevances du crédit-bail ou de loyers sont budgétisés dans le compte de résultat prévisionnel à partir du moment où le véhicule est pris en crédit-bail ou en location. Dès lors, tout paiement de redevance de crédit-bail ou de loyer doit, au niveau de la trésorerie, engendrer dans le plan de trésorerie prévisionnel un décaissement.

Mieux, doit être pris en compte dans les investissements prévisionnels, tout dépôt de garantie payé dans le cadre du contrat de location ou de crédit-bail. Ce dépôt ne doit pas être amorti et doit donc se retrouver dans en décaissement du crédit, mais à l’actif du bilan prévisionnel VTC.

Cas où le véhicule appartient déjà à l’entreprise avant constitution formelle de l’entreprise de VTC

Plusieurs principes sont applicables lorsque le véhicule est déjà dans le patrimoine de l’entrepreneur avant constitution de son entreprise de VTC. On peut avoir :

  • Si l’entrepreneur décide de céder son véhicule à l’entreprise nouvellement formalisée, il convient d’appliquer les principes cités lorsque le véhicule est acquis (amortissement et investissement) à l’exception du cas où l’achat du véhicule n’a pas engendré un décaissement de trésorerie. C’est généralement le cas où l’investisseur fait inscrire dans son  compte courant d’associé, la créance qui en découle. Cette créance doit figurer au passif du bilan prévisionnel VTC.
  • Le véhicule sera immobilisé et amorti lorsque l’entrepreneur décide d’en faire un apport en nature. Dans ce cas, le montant du véhicule s’ajoute au capital social et figure au passif du bilan, dans les capitaux propres.

Des financements prévisionnels apportés

Dans la perspective de création d’une entreprise VTC, plusieurs investisseurs peuvent être sollicités pour l’acquisition des véhicules.

Dans le cadre d’une société, les apports en capital social sont comptabilisés dans les capitaux propres, comme un passif du bilan prévisionnel de l’entreprise VTC. En compensation, ces apports sont inscrits comme un encaissement dans le plan de trésorerie : ils contribuent à l’augmentation du montant de la trésorerie figurant à l’actif du bilan.

Cependant, sont inscrits au passif du bilan prévisionnel les montants empruntés qui viennent en augmentation du montant de la trésorerie en actif. Il faut donc constater que le déblocage d’un emprunt est considéré comme un encaissement au niveau du plan de la trésorerie.

A chaque échéance d’emprunt dans le cadre d’un financement prévisionnel apporté à l’entreprise VTC, il faut noter :

  • Que chaque décaissement doit figurer dans le plan de trésorerie ;
  • Que le montant de l’emprunt à l’actif du bilan est augmenté à hauteur du montant payé sur l’échéance soldée ;
  • Que la trésorerie du passif est augmentée à la hauteur de l’échéance d’emprunt.  

Exemple bilan prévisionnel VTC : les frais généraux

Pour son fonctionnement, l’entreprise VTC dans la définition de son budget prévisionnel doit intégrer tous les autres frais généraux indispensables à son existence. Aux frais listés ci-dessous, vous pourrez faire face à d’autres charges ou même ne jamais rencontrer d’autres. Raison pour laquelle, il est fondamental de tenir compte des résultats de votre étude de marché :

  • Le coût des dépenses engagées avant installation,
  • Les frais liés aux formalités d’immatriculation de l’entreprise : greffe et annonce légale
  • Les frais pour inscription au registre des VTC,
  • Les frais liés à la consommation du carburant qui sont variables,
  • Les frais d’entretien du véhicule et de nettoyage,
  • Les frais pour l’acquisition des vêtements professionnels
  • Les frais pour les contrôles techniques,
  • Les frais pour primes d’assurance pour le véhicule et aussi pour l’activité professionnelle,
  • Les frais de communication et de publicité,
  • Les frais pour abonnements divers : téléphone, plateformes de réservation de VTC,
  • Les frais de gestion et pour équipement,
  • Les divers honoraires de professionnels partenaires (en cas d’externalisation)
  • Les frais d’adhésion à un centre de gestion agréé,
  • Les frais de restauration,
  • Les frais bancaires,
  • Les frais de stationnement, de péage et de parking
  • Etc…

Dans le plan de trésorerie, ces frais généraux sont considérés comme une charge d’exploitation et à ce titre, ils induisent des décaissements. Lorsqu’il existe des frais non payés à la clôture d’un exercice budgétaire, ceux-ci sont inscrits comme une dette fournisseur au passif du bilan prévisionnel.

Les taxes et impôts prévisionnels

Nous verrons successivement la TVA prévisionnelle, l’imposition prévisionnelle des bénéfices et d’autres taxes et impôts prévisionnels.

La TVA prévisionnelle

La Taxe sur Valeur Ajoutée exerce une forte influence sur le plan de trésorerie prévisionnel de l’entreprise de VTC. La TVA est supportée comme une dépense et payée intégralement en son montant TTC. D’ailleurs, elle est réglée par les clients lors de leurs prestations en montant TTC.

La TVA prévisionnelle est inscrite, soit au passif lorsqu’un montant de TVA est dû à la clôture de l’exercice budgétaire et, soit à l’actif lorsqu’un crédit de TVA est constaté par l’entreprise. Taxe difficile à budgétiser dans le bilan prévisionnel de l’entreprise VTC, la Taxe sur la Valeur Ajoutée peut être cependant facilement et automatiquement calculée par un logiciel

La TVA obéissant à des règles particulières, nous vous conseillons de contacter un professionnel en la matière pour plus d’informations.

L’imposition prévisionnelle des bénéfices

La loi a prévu des conditions spécifiques pour imposer des bénéfices. Tout est donc question du régime fiscal que vous choisissez :

  • Si vous avez opté pour un régime fiscal soumis à l’IR (Impôt sur Revenus), votre entreprise ne peut rien budgétiser. Cet impôt étant supporté et payé directement sur les revenus de l’entrepreneur VTC.
  • Si par contre, votre entreprise est sous le régime fiscal IS (Impôt sur les Sociétés), vous avez l’obligation de budgétiser cet impôt, et ce, au passif du bilan dans le compte de résultat prévisionnel (car considéré comme une dette fiscale) et dès lors que cet impôt est soldé et les acomptes entièrement payés, au niveau du plan de la trésorerie.

De façon objective, toutes les autres taxes et tous les autres impôts doivent figurer dans le bilan prévisionnel de votre entreprise de VTC.

Exemple bilan prévisionnel VTC : les salaires et charges sociale

Les salaires et autres rémunérations du dirigeant sont à budgétisés aussi. De ce fait, la charge sociale, les salaires et les autres rémunérations sont consignés dans le compte de résultat prévisionnel. Les décaissements y afférents quant à eux sont inscrits dans le plan de trésorerie.

Quelques indications pour calculer et prévoir les charges sociales :

  • Pour un dirigeant affilié au RSI, les règles sont un peu complexes et méritent d’être étudiées avec sang-froid. Cependant, vous devez déjà savoir que les règles et principes de calcul et des cotisations aux RSI sont les mêmes pour les artisans et les commerçants. Ici, les charges sociales varient entre 40 et 45% du montant de la rémunération.
  • Pour un dirigeant affilié au régime général, 85% des cotisations sociales doivent être budgétisées (en considérant le salaire net) ou 45% pour le salaire brut.

Le statut juridique de l’entreprise influence donc le prévisionnel au niveau des charges sociales. Lorsqu’il est prévu le recrutement de salariés, le principe de détermination des charges sociales prévisionnelles est le même que celui du dirigeant affilié au régime général.

Entreprise de VTC : quelques tableaux financiers du prévisionnel

Votre prévisionnel doit contenir certains tableaux financiers. Les plus importants sont :

  • Un plan de financement
  • Un plan de trésorerie
  • Un bilan prévisionnel
  • Un compte de résultat prévisionnel

D’autres indicateurs financiers peuvent être intégrés dans votre prévisionnel : la CAF et le BFR en l’occurrence.

Conclusion

Vouas l’aurez compris, dans votre bilan prévisionnel VTC, vous devrez prévoir tous les aspects financiers de votre futures entreprises. Il est essentiel de prendre le temps de le préparer correctement car cela vous aidera à y voir plus clair à coup sûr.

Si vous avez besoin d’être accompagné ou suivi dans votre comptabilité par un cabinet d’experts dédié, cliquez sur le lien ci-dessous pour en savoir plus sur le Cabinet des Indépendants.

Envie de propulser votre activité ?

Cliquez sur le bouton ▶︎▶︎

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *